Flux de macrodéchets en Seine

icone - puce

Portage : LEESU

Coordination scientifique : Johnny Gasperi, Brunon Tassin, Romain Tramoy (LEESU)

Période : 2017-2019

Financement : Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Labellisation : Zone Atelier Seine

Le projet MacroPLAST a pour objectif d’estimer les flux de macro-déchets transitant en Seine. Une attention particulière sera portée sur les débris plastiques, aussi appelés macroplastiques, car 1) ils concernent la majeure partie des déchets sauvages, 2) ils sont persistants et sont retrouvés dans le milieu marin où ils s’y accumulent. Dans le cadre de la mise en œuvre de la DCSMM, il est nécessaire d’estimer les flux de déchets avant de pouvoir les réduire de manière significative.

Afin d’estimer au mieux les flux de macro-déchets vers le milieu marin, l’étude se concentrera sur la partie aval de la Seine, dans la zone estuarienne. Différentes méthodologies vont être développées et testées durant ce projet en impliquant au maximum les différents acteurs de la gestion du fleuve (départements, associations, entreprises privées, communes, citoyens). Ainsi, les données de collectes de déchets, quand elles existent, vont être synthétisées et analysées. D’autres dispositifs de piégeage seront également mis en place pour estimer les flux de macro-déchets dans différents compartiments du fleuve (surface, colonne d’eau et fond de rivière). Des méthodes plus innovantes telles que le traçage GPS de déchets flottants ou la surveillance vidéo des flux vont également être développées et testées. Elles ont l’avantage de se focaliser directement sur le flux transitant en Seine à la différence des méthodes classiques qui se focalisent sur les flux échoués sur des berges ou captés par des dispositifs. De plus, elles permettront de mieux comprendre la dynamique des macro-déchets flottants en Seine et l’influence de la marée, des courants et des vents. Chaque méthodologie fera l’objet d’une évaluation critique selon les marges d’erreur associées, la faisabilité technique et financière, la pertinence, les contraintes liées à la zone estuarienne, etc. La synthèse de ces travaux devrait contribuer à l’harmonisation des méthodologies concernant la surveillance des flux de déchets sauvages dans les grands fleuves au niveau national voir international.

Responsables scientifiques des équipes impliquées

null

Laurent Colasse

SOS Mal de Seine
Logo-GIPSA

Cédric Fisson

GIP Seine-Aval
logo-Ifremer

François Galgani

Ifremer, LER Provence-Côte d'Azur
logo-LEESU

Johnny Gasperi

LEESU, Université de Paris Est

Florian Rognard

CEREMA Eau, Mer et Fleuves

Vincent Rocher

SIAAP, Direction du Développement et de la Prospective,

Sarah Sananes

Ministère de la Transition Écologique et Solidaire
logo-LEESU

Bruno Tassin

LEESU, Université de Paris Est
logo-cg76

Brigitte Viault

Département de la Seine-Maritime