Photo - phytoplancton (Ifremer)

production primaire dans l'estuaire de SEine

icone - puce
Photo - phytoplancton (Ifremer)

Portage : GIP Seine-Aval

Coordination scientifique : Pascal Claquin (BOREA)

Période : 2013-2017

Financement : GIP Seine-Aval

Labellisation : Programme Seine-Aval 5

logo-gipsa

L’estimation de la production primaire doit permettre d’appréhender la dynamique de la production du système étudié en amont de la biomasse chlorophyllienne, c’est-à-dire, calculer le flux d’énergie et de carbone vers les compartiments du réseau trophique supérieur. Dans les estuaires, la production secondaire est soutenue par l’apport de matière organique qui peut avoir une origine allochtone ou autochtone. L’origine et le devenir de la matière dans les estuaires répondent à des processus extrêmement complexes et variés. Parmi ces sources, les producteurs primaires jouent un rôle qui est mal évalué dans l’estuaire de Seine. Les producteurs primaires représentent une source de carbone et d’azote de matière organique de qualité pour les réseaux trophiques. De plus, ce compartiment influence également d’autres processus dans l’estuaire comme les mécanismes d’agrégation ou de biostabilisation des sédiments via les processus d’excrétion du carbone par les algues.

L’objectif du projet PROUESSE est de se focaliser sur le compartiment des producteurs primaires en évaluant la dynamique spatiotemporelle de la production primaire et de la biodiversité à l’échelle de l’estuaire en considérant le phytoplancton, le microphytobenthos et le macrophytobenthos.

Référence bibliographique : Rapport bientôt disponible

Responsables scientifiques des équipes impliquées

null
Logo-BOREA

Pascal Claquin

UMR BOREA, Université de Caen
Logo-BOREA

Pascal Jean Lopez

UMR BOREA CNRS 7208, MNHN

 
logo-Ifremer

Philippe Riou

Ifremer - LERN