Photo - Pont de Normandie (C. Degrémont - GIP Seine-Aval)

Fonctionnement des écosystèmes de l’embouchure de l’estuaire de la Seine à travers une étude interdisciplinaire ciblant le zooplancton et le macro-zoobenthos

icone - puce
Photo - Pont de Normandie (C. Degrémont - GIP Seine-Aval)

Portage : GIP Seine-Aval

Coordination scientifique : Sami Souissi (LOG)

Période : 2017-2020

Financement : GIP Seine-Aval

Labellisation : Programme Seine-Aval 6

logo-gipsa

Le projet SENTINELLES cible deux compartiments clefs du fonctionnement de l’écosystème de l’estuaire de la Seine au niveau de l’embouchure et qui sont le macro-zoobenthos intertidal et le zooplancton. Le programme comporte des interactions fortes avec d’autres projets comme PHARE-SEE et PLASTIC-Seine.
Il vise tout d’abord une synthèse de données existantes afin de mieux caractériser la variabilité spatio-temporelle des principaux assemblages du macro-zoobenthos et identifier les principaux paramètres environnementaux structurants. Une action sera dédiée au ver annélide polychète Hediste diversicolor qui a fait l’objet d’autres études scientifiques dans la Seine (vasière Nord) et dans d’autres estuaires contrastés (Authie, Loire et Escaut). Cette analyse va consolider la démarche de modélisation des habitats fonctionnels en essayant de confronter notre modèle statistiques (à concevoir pour la Seine) à d’autres habitats similaires mais se trouvant dans d’autres estuaires. Il s’agira également de réaliser un suivi de la dynamique de population de H. diversicolor et mesurer tous les paramètres pertinents afin de perfectionner nos modèles d’habitats fonctionnels et en même temps contribuer scientifiquement à la dynamique globale de tous les projets ciblant l’écosystème de la vasière Nord.
Concerant le compartiment zooplanctonique, une première action a pour objectif de quantifier l’abondance et la biomasse totale (rotifères, copépodes, cladocères) du zooplancton, disponible, en moyen, comme nourriture pour les niveaux trophiques supérieurs (mysides, poissons). Une seconde action propose de réaliser des incubations sur le terrain selon un protocole déjà testé et validé dans la Seine afin de bien estimer le rôle du micro-zooplancton et du méso-zooplancton dans le contrôle par broutage du phytoplancton.

Responsables scientifiques des équipes impliquées

null
logo-UCO

Catherine Mouneyrac

MMS, Université Catholique de l'Ouest
logo-log_lille

Sami Souissi

UMR CNRS 8187 LOG, Université de Lille 1
logo-Ecolab

Michèle Tackx

UMR CNRS 5245 ECOLAB, Université de Toulouse 3