null

Les moteurs de l'estuaire

Comment l'estuaire contribue à l'épuration des eaux de la Seine ?

null

Chiffre clé

Épuration de l'azote :
0
%
Photo - Biofilm

La Seine transporte de nombreux polluants jusqu’à la mer : substances chimiques, bactéries, nitrates, phosphates, macrodéchets, microplastiques,… La dynamique estuarienne permet cependant un stockage et une épuration naturelle d’une partie de ces polluants, contribuant ainsi à la réduction des flux à la mer.

C’est notamment le cas pour les nutriments qui subissent des transformations par des bactéries spécifiques durant leur passage dans l’estuaire. Dans le cas de l’azote, l’ammonium est oxydé en nitrites puis en nitrates (processus de nitrification), eux mêmes réduits en diazote qui rejoint l’atmosphère (processus de dénitrification). Cette épuration naturelle, ou rôle filtre, est accentuée par les variations fréquentes des conditions d’oxydoréduction des sols soumis aux variations de la marée.

La modélisation de ces phénomènes dans l’estuaire montre une épuration moyenne de 13% des flux d’azote venant du bassin versant (entre 10 et 20% selon les conditions hydrologiques).

Pour aller plus loin

null
icone - fiche thématique
Icône - Observatoire
icone - rapport scientifique