Modélisation des inondations/submersions à l’échelle de l’estuaire de la Seine

null

publication à venir

Les débordements de l’estuaire de la Seine font partie de l’histoire : les archives dénombrent une soixantaine de crues/submersions majeures depuis le VIème siècle. Ces phénomènes de débordements sont encore relativement mal appréhendés. En effet, selon le type d’inondation et le secteur géographique considéré, les facteurs mis en œuvre sont différents : crues de la Seine et de ses affluents, marées astronomiques, événements météorologiques. Le risque inondation dans l’estuaire de la Seine doit donc être appréhendé à l’échelle globale de l’estuaire. Or la plupart des connaissances ne couvrent que certains secteurs de l’estuaire (PPRI locaux, TRI Rouen-Louviers-Austreberthe) et s’appuient sur des analyses historiques ou des données topo-bathymétriques anciennes n’intégrant pas l’évolution de l’estuaire tant dans sa dynamique que dans son évolution morphologique.

Une étude lancée par le GIPSA en 2013 a consisté à définir des scénarios et modélisations de niveaux d’eau dans le lit mineur pour la gestion du risque inondation (voir ici). Cette étude, menée par ARTELIA, ne traitait précisément que des niveaux dans le lit mineur et non dans le lit majeur. Ainsi, les débordements n’étaient évalués que du point de vue de leur impact sur l’hydrodynamique et les niveaux d’eau dans le lit mineur.

Depuis le 1er janvier 2018, la GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) est une compétence obligatoire pour les 10 EPCI-FP Normands riveraines du fleuve. Ceci implique le rattachement de la gestion des digues et des zones humides à cette nouvelle compétence et de nouveaux besoins et questionnements émergent : vulnérabilité du territoire au risque inondation par débordement, fonctionnement hydraulique et hydrodynamique de l’estuaire, inondabilité des zones humides, rôle et importance du système d’endiguement…

Ainsi les membres du GIP Seine Aval et la DREAL Normandie ont initié en 2018 un programme d’études complémentaires à celle de 2013 dont les objectifs sont les suivants :
1. 
Progresser dans la caractérisation et la compréhension des inondations à l’échelle de l’estuaire
2. Disposer de connaissances et d’éléments méthodologiques pour définir de manière cohérente les hypothèses pour les études à plus petite échelle type études de dangers et cartographies de l’aléa sur le TRI Rouen-Louviers- Austreberthe.

Une première étude menée par ARTELIA en 2019 a permis de mettre à jour l’analyse statistique des niveaux d’eau associés aux différents forçages hydro-météorologiques réalisée en 2013 (voir ici). C’est dans ce contexte et à ce stade de connaissances sur le fonctionnement de l’estuaire de la Seine aval, que le GIP Seine Aval a choisi ARTELIA pour la réalisation d’une étude de modélisation des inondations en estuaire de la Seine.

Le premier objectif de la présente étude est d’améliorer la caractérisation et la compréhension des phénomènes de débordement dans l’estuaire de la Seine, notamment pour les périodes extrêmes via la mise en place d’un modèle numérique de l’estuaire. Comparativement au modèle issu de l’étude de 2013, ce modèle permettra de cartographier l’emprise des zones inondables (lit majeur).

Le second objectif est le développement d’un modèle numérique re-mobilisable ultérieurement pour d’autres études selon les besoins (aide à la réalisation d’études plus locales type études règlementaires, restauration écologique, recherche des zones d’expansion de crue et impact sur le niveau de la Seine).

L’étude s’articule autour de 3 tâches :
1. Elaboration du modèle
2. Formation et transfert du modèle
3. Simulation de 20 scénarios d’exploitation

Vous serez probablement intéressé par

null
Une analyse statistique sur les périodes de retour des niveaux de pleine mer en estuaire de Seine (publication 2019).
Lire la suite
Une compilation des éléments de connaissance mobilisables par les acteurs concernés par la gestion des inondations en estuaire de Seine (publication 2016).
Lire la suite
Une étude pour définir l’occurrence et les niveaux d’eau à prendre en compte pour la gestion du risque inondation dans l’estuaire de la Seine (publication 2014).
Lire la suite