———— SAVE THE DATE : Mardi 29 novembre 2022 (Rouen) ————

Pour suivre la pollution des eaux et son impact sur les écosystèmes, un ensemble d’analyses chimiques et de comptages des espèces aquatiques est classiquement déployé. Depuis quelques années, ce diagnostic est souvent complété par des outils biologiques (bioessais ou biomarqueurs) qui mesurent les effets toxiques subis par les organismes présents dans l’environnement. Ce type d’analyse renvoie au concept de biosurveillance qui permet d’évaluer indirectement une pollution, à travers la réponse d’un organisme exposé à un stress chimique.

Le pilote d’un tel suivi a été mis en œuvre sur le district Seine-Normandie dans le projet BIOSURVEILLANCE. Pendant 2 ans, il a permis de suivre des biomarqueurs communs sur divers organismes (crustacés, bivalves, poissons) encagés sur différentes stations le long de continuums continental/estuaire/littoral (Seine, Orne,  Vire).

A l’occasion de la finalisation de ce projet, le GIP Seine-Aval organise une journée dédiée à l’apport des biomarqueurs pour la surveillance des masses d’eau côtières, de transition et continentales. Elle se déroulera à Rouen (Pavillon des transitions H2O) le mardi 29 novembre 2022.

La matinée sera consacrée à la présentation des résultats du projet BIOSURVEILLANCE, avec différents zooms proposés sur les principaux chantiers menés durant ce projet (choix des stations et encagement des organismes, ajustements des marqueurs de génotoxicité et d’immunotoxicité communs aux différentes espèces, définition de valeurs seuils et intégration des résultats). L’après-midi permettra d’élargir la discussion avec des retours d’expérience de déploiements de biomarqueurs pour le suivi des eaux en milieux continental et côtier, puis d’écouter le point de vue des des gestionnaires (AESN, OFB) sur ce type de suivi et les perspectives à venir pour alimenter une table ronde.

Programme détaillé et inscriptions à venir