Schéma - Strates carotte

Habitats Hétérométriques Originaux

icone - puce
Schéma - Strates carotte

Portage : GIP Seine-Aval

Coordination scientifique : Sandric Lesourd (M2C)

Période : 2013-2017

Financement : GIP Seine-Aval

Labellisation : Programme Seine-Aval 5

logo-gipsa

La couverture sédimentaire de l’estuaire de la Seine est soumise à de fortes variations de nature et de structure, à des pas de temps d’ordre variable de la saison au siècle. Les remaniements et évolutions de la couverture ont ainsi structuré de nombreux faciès. Les sédiments de l’estuaire de la Seine et des fonds proches de la partie orientale de la baie de Seine sont ainsi très largement hétérométriques. Les faciès sédimentaires sont quelquefois spécifiques et souvent originaux, tels les graviers envasés ou les sables à galets mous. Le projet H2O a étudié des habitats spécifiques hétérométriques, de l’échelle de l’estuaire à l’échelle de la carotte. Les questions scientifiques structurent le Projet H2O en deux tâches, toutes organisées vers l’étude de l’hétérogénéité sédimentaire. La première concerne les parties ” internes ” du sédiment ou à l’interface immédiate. La suivante cherche à qualifier l’hétérogénéité spatiale à l’échelle de l’estuaire aval et de la baie de Seine, pendant la période de 1985 à l’actuel. Le programme H2O a montré l’importance des paramètres autres que sédimentaires (bathymétrie, salinité,) dans la répartition des espèces benthiques. Les modèles statistiques permettent d’expliquer que ces paramètres supportent entre 30 à 89 % de la variance. Il a également mis en évidence le fort intérêt de l’échelle de la carotte pour comprendre les interactions benthos-sédiment, ainsi que l’importance de la dimension verticale pour cette compréhension. Des corrélations entre macrofaune et granulométrie ont pu être établies. L’étude conjointe sédimentaire et biologique a mis en évidence des relations entre faciès sédimentaires et espèces. La répartition verticale des espèces a mis en évidence (1) un maxima d’abondance en surface, et (2) un autre en profondeur supporté par Kurtiella bidentata et Chaetozone spp. Une première quantification du remaniement sédimentaire par les organismes benthiques de l’estuaire de la Seine a été réalisée. Il est montré le fort potentiel bioturbateur de L. koreni. Le couplage in situ / expérimentation, fruit d’une démarche exploratoire aboutie, donne lieu au développement de nombreuses perspectives.

Télécharger le rapport

Référence bibliographique : Lesourd S.. (coord), Dauvin J-C, Mear Y., Navon M., 2018. Projet H2O « Habitats Hétérométriques Originaux». Rapport de recherche du programme Seine-Aval 5, 76  p.

Responsables scientifiques des équipes impliquées

null
Logo-m2C

Jean-Claude Dauvin

UMR CNRS 6143 M2C, Université de Caen Basse Normandie
Logo-m2C

Sandric Lesourd

UMR-CNRS 6143 M2C, Université de Caen
logo-Intechmer

Yann Mear

Cnam-Intechmer