Photo - Flet G1 (S. Iglesias - MNHN)

Impact de la qualité des habitats estuariens de la Seine sur le fonctionnement d’une population de poisson (flet)

icone - puce

Projet SA6 HQ-FISH

Portage : GIP Seine-Aval

Coordination scientifique : Rachid Amara (LOG) & Jean Laroche (LEMAR)

Période : 2017-2020

Financement : GIP Seine-Aval

Labellisation : Programme Seine-Aval 6

logo-gipsa

Poisson plat inféodé aux estuaires, le flet est un modèle biologique parfaitement adapté au suivi de la qualité de ces milieux. Cette espèce a été au cœur du projet Seine-Aval 6 HQ-Fish  (2017-2020). Du recrutement des juvéniles jusqu’à la phase de reproduction des adultes, la santé des flets a été étudiée par l’analyse d’un panel de biomarqueurs et par la combinaison d’un suivi actif (encagement de poissons) et passif (captures de poissons dans les milieux naturels). Ce projet a permis d’enrichir le diagnostic de la qualité des habitats de l’estuaire de la Seine en progressant sur l’identification des paramètres environnementaux qui impactent la santé des poissons et in fine le maintien des populations, notamment dans un contexte de changement climatique.

Fruit de la collaboration de 9 équipes scientifiques coordonnées par Rachid Amara (LOG) et Jean Laroche (LEMAR), les résultats sont désormais disponibles dans un rapport dédié.

Les résultats du projet HQFISH indiquent que la population de flet de Seine est impactée par la contamination chimique véhiculée par la Seine. Cette population présente une adaptation locale à ce stress, qui se traduit par un coût physiologique. Il ressort également que la population de flet de Seine n’a pas subi de déclins démographiques récents.
A l’échelle globale, le réchauffement climatique impacte très directement la biologie de la reproduction du flet en décalant la maturation sexuelle dans le temps, avec la disparition d’un pic de ponte pouvant être préjudiciable au succès reproducteur. Il est possible de s’interroger sur la capacité de la population de Seine à faire face au réchauffement climatique, son adaptation locale au stress chimique pouvant compromettre son aptitude à répondre à des stresseurs additionnels, comme le réchauffement des eaux. La population de flet de Seine présente donc un risque écologique ; l’impact du multi-stress (réchauffement climatique global et pollution locale) sur cette population devra être étudié avec attention dans la prochaine décennie.

Le biomonitoring actif a également été mobilisé dans le cadre du suivi de l’impact de l’incendie de septembre 2019 des installations « Lubrizol / NL-Logsitique ». Un second rapport est dédié à ce suivi scientifique.

Télécharger les rapports

Références bibliographiques :

Amara R. & Laroche J. (Coord.), Cachot J., Couteau J., Devaux A., Devin S., Le Floch S., Minier C., Ouddane B., 2020. Projet HQ-Fish : Impact de la qualité des habitats estuariens de la Seine sur le fonctionnement d’une population de poisson (flet). Rapport de recherche du programme Seine-Aval 6, 64 p.

Amara R., Laroche J., Couteau J., Xuereb B., Pichereau V., Diop M., 2020. Biomonitoring actif (encagement de flets et de crevettes) pour le suivi de l’impact de l’incendie du 26 septembre 2019 des installations « Lubrizol / NL Logistique ». Rapport de recherche réalisé pour le GIP Seine-Aval, 34p.

Responsables scientifiques des équipes impliquées

null
logo-log_lille

Rachid Amara

Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences, Université de Lille
logo-epoc

Jérôme Cachot

UMR CNRS 5805 EPOC - OASU, Université de Bordeaux
logo_toxem

Jérôme Couteau

TOXEM

Alain Devaux

LHENA - UMR 5023, ENTPE
logo-LIEC

Simon Devin

LIEC - UMR 7360, Université de Lorraine
logo-lemar

Jean Laroche

LEMAR, Université Bretagne Occidentale
logo-Cedre

Stéphane Le Floch

CEDRE
logo-sebio

Christophe Minier

UMR SEBIO, Université du Havre
logo-Lille1

Baghdad Ouddane

Laboratoire de Chimie Analytique et Marine UMR CNRS 8013, Université de Lille I